Skip links
teilnehmer bei der veranstaltung nectanet zero emission bei fischer group in achern

Les entrepreneurs dans la lutte contre le changement climatique

Les entrepreneurs dans la lutte contre le changement climatique

Des entrepreneurs de l’Ortenau ont donné une conférence sur leurs formes d’utilisation des énergies renouvelables à Achern, à l’invitation de la société de promotion économique Nectanet.

L’avenir n’a pas seulement commencé depuis longtemps pour les entreprises Griebl KG, Fischer Group et Uhl KG de l’Ortenau, mais il est déjà en marche. C’est ce qu’a démontré mercredi matin, dans les locaux du groupe Fischer, une manifestation issue du programme « nectanet zéro émission », organisé par l’agence de développement économique de l’Ortenau « Nectanet » et le Landratsamt Ortenaukreis. Dans la série « Efficacité de l’énergie et des ressources », Matthias Griebl a fait un exposé sur « L’énergie éolienne sur le Hornisgrinde », Guido K. Eckenwalder sur le thème « L’énergie éolienne pour une plus grande autosuffisance en énergie et en hydrogène » et Florian Buchta sur « Les installations PV sur les lacs de dragage ». Fabian Delong a ensuite présenté les offres de soutien du ministère de l’environnement, du climat et de l’énergie du Bade-Wurtemberg par le biais des centres de compétence régionaux pour l’efficacité des ressources (KEFF+).

Des conséquences tangibles

Hans-Peter Fischer en tant que maître de maison, le directeur de Nectanet Dominik Fehringer et le premier fonctionnaire du Land Nikolas Stoermer ont accueilli les invités issus de la politique locale et de l’économie, Stoermer a constaté : « Les conséquences du changement climatique sont déjà perceptibles dans l’Ortenau également, nous devons passer à l’action, les potentiels pour les énergies renouvelables dans l’Ortenaukreis sont globalement énormes ». Actuellement, le Landratsamt Ortenaukreis a autorisé 47 éoliennes, ce qui permettrait d’alimenter 50 % des foyers de l’Ortenau en électricité. Sept éoliennes seraient en cours d’autorisation et 27 autres seraient annoncées. Enfin, le fossé du Rhin supérieur offre un énorme potentiel pour la géothermie profonde capable de fournir une charge de base. Matthias Griebl a raconté comment son père, Peter, a construit dans les années 1990 le premier parc éolien du Bade-Wurtemberg sur le Hornisgrinde, qui était à l’époque le parc éolien le plus haut d’Europe. Les trois éoliennes, avec une hauteur de moyeu de 25 mètres et un diamètre de rotor de 20 à 22 mètres, ont produit entre 400.000 et 600.000 kilowattheures d’électricité par an, soit de l’électricité pour environ 500 personnes. « En 1997, nous avons même atteint le record de rendement à l’intérieur des terres allemandes, mais par rapport aux dimensions actuelles, le rendement était faible », a-t-il informé. En 2010, la famille Griebl s’est lancée dans la procédure d’autorisation pour une nouvelle éolienne. Griebl a décrit comment la procédure a duré plus de cinq ans, jusqu’à ce que tous les obstacles soient surmontés, depuis l’accord du SWR, de l’armée allemande et de l’Agence fédérale des réseaux jusqu’à la protection du grand tétras et de la nature. Pour l’anecdote, il a fait savoir que « nous avons dû assurer à la SWR que nous achèterions une radio numérique à tous les auditeurs dont la réception serait perturbée par l’éolienne. Nous n’avons pas eu à en acheter une seule ». La nouvelle éolienne, d’une hauteur de moyeu de 85 mètres et d’un diamètre de rotor de 71 mètres, est en place depuis 2015. Sa production annuelle est de six millions de kilowattheures, de l’électricité pour environ 6000 personnes. Entre-temps, la planification d’une deuxième éolienne avec une hauteur de moyeu de 149 mètres et un diamètre de rotor de 115 mètres est en cours. La production annuelle attendue est de 15 à 20 millions de kilowattheures, soit de l’électricité pour 15.000 à 20.000 personnes. Matthias Griebl a bon espoir, maintenant que le vent politique souffle fortement en faveur des énergies renouvelables, que la deuxième éolienne puisse être construite en 2025, 2026. Il a présenté comme vision « Zero Emission Ortenaukreis ». En coopération avec les communes d’Achern, Bühl, Lauf, Ottersweier, Sasbach, Sasbachwalden et Seebach, onze autres sites s’offriraient le long de la Hochstraße, ce qui signifierait de l’électricité verte de la région pour la région, de l’électricité pour jusqu’à 250 000 personnes.

L’écosystème de Fischer

Guido K. Eckenwalder, responsable des ventes de systèmes de batteries et de piles à combustible, a présenté l’écosystème énergétique de Fischer, de la situation actuelle aux mesures et objectifs, en passant par les défis à relever, et a clairement expliqué que l’objectif était de mettre en place tout un ensemble de mesures, allant de l’augmentation de l’indépendance énergétique à la contribution à la protection de l’environnement et à la réduction de l’empreinte carbone (CO₂), en passant par la production propre et verte d’hydrogène et la production de gaz techniques et de sources d’énergie renouvelables. Dans un exposé très clair, il a évoqué l’installation de panneaux photovoltaïques sur les toits des halles et les deux éoliennes prévues, avec des hauteurs de moyeu comprises entre 172 et 175 mètres et un diamètre de rotor de 172 mètres. Le rendement attendu par éolienne est de 10 GWh/a, soit un million de kilowattheures par an. « En raison de notre grande dépendance énergétique, nous devons suivre cette voie pour devenir plus autonomes sur le plan énergétique et aussi pour ne pas laisser les lumières s’éteindre à Fautenbach ». Au final, Fischer ne devrait plus utiliser que 11% d’énergie fossile. La troisième conférence de Florian Buchta sur les installations PV sur les lacs de dragage n’était pas moins intéressante. Il était intéressant d’apprendre en marge que la société Hermann Uhl KG prévoit de mettre en service cette année encore une installation photovoltaïque sur le lac de dragage de Wyhl. En 1977, la construction d’une centrale nucléaire à deux tranches à Wyhl a été abandonnée après de vives protestations citoyennes, et le ministre-président de l’époque, Hans Filbinger, a vu les lumières s’éteindre dans le Bade-Wurtemberg. Les trois exposés ont fait passer un message : La problématique du climat ne sera certainement pas résolue par des idéologies et des autocollants climatiques, mais par le génie d’ingénieurs et d’entrepreneurs énergiques.

Un article de la Mittelbadische Presse / Berthold Gallinat.
https://mittelbadische.de/